Seemy continue à grandir, zoom sur la version Summer 2012

Seemy continue d’enrichir son produit d’évolutions significatives, et sa nouvelle version parvient une fois de plus à suivre les tendances du marché (un pas vers la co-édition et l’intégration d’applications métier), tout en conservant sa cohérence d’ensemble et en parvenant à se différencier.

Pour la description exhaustive des nouveautés, il faudra attendre la mise à jour du DOTU ou aller consulter le site de Seemy. En attendant, voici un zoom sur les évolutions qui nous ont paru intéressantes et différenciantes, dans un marché qui commence, malgré les efforts des nouveaux acteurs, à converger.

Une autre façon d’intégrer ses applications métier au RSE, l’encapsulage

Le RSE tend à se recentrer vers le métier, que ce soit via l’intégration à des applications métier, via le travail effectué autour du document et de l’interfaçage avec des solutions bureautiques, ou encore via des modèles de déploiement (SaaS) destinés à toucher directement les acteurs métier.

Des solutions comme IBM Connections ou Tibbr (Tibco) permettent aujourd’hui de remonter des activités des applications métier vers le RSE (par alimentation du flux d’activité), et tendent même à permettre d’agir dans l’application métier depuis son RSE.

Seemy permet déjà (moyennant développement) cette intégration d’activités métier dans le flux d’activités, mais permet dorénavant à chacun d’encapsuler ses applications métier, ou des sites webs sur son profil. Une fonctionnalité assez inédite sur l’écosystème des RSE !

Concrètement, on peut donc créer un onglet dans son menu de navigation, qui va permettre d’ouvrir le site web ou l’application directement dans Seemy. Ce qui positionne Seemy comme un « bureau virtuel métier » de l’utilisateur.

De même l’administrateur d’un espace peut rajouter des onglets permettant d’accéder à des sites ou applications externes, ce qui permet également de personnaliser chaque espace.

Une proposition convaincante à l’usage, qui pourra même éviter à l’utilisateur de se relogger à chacune des applications métier si un système d’authentification unique est en plus mis en place avec le RSE.

La possibilité de créer simplement des objets métiers, et de les manipuler dans l’outil

Toujours pour se rapprocher des problématiques métier de ses utilisateurs, Seemy permet désormais de créer des objets métier, aux propriétés (métadonnées et affichage) entièrement personnalisables.

Sur le papier, rien d’exceptionnel, mais dans la pratique, l’outil permet de remplacer les fichiers excel que chacun fait dans son coin pour gérer ses outils métier.

Prenons par exemple un service support d’une petite DSI qui veut gérer la liste de ses fournisseurs : celle-ci va créer l’objet fournisseur, et lui associer différents champs : société, date de contractualisation, choix parmi une liste secteur d’activité, montant d’achat contractualisé l’année passée…

Les différents acteurs de la DSI pourront accéder à la liste des fournisseurs ainsi créés, les trier selon des critères choisis (par exemple l’ancienneté) et n’afficher que les champs pertinents sur une vue consolidée. L’ensemble étant exportable en format tableur pour les irréductibles.

Une fonctionnalité également proposée par Jamespot, assez rare chez les pure players RSE

Moins innovant mais de plus en plus indispensable, l’intégration avec Microsoft Office et … Open Office !

L’importance du travail autour du document ne se dément pas, les RSE l’ont compris, et Jive, Cisco, plus récemment Zyncro entre autres ont développé leurs propres systèmes pour faciliter la co-édition d’un document, soit par interfaçage avec des outils existants (Microsoft Office) soit par développement de modules permettant la co-édition directement dans l’outil (Google Docs).

Seemy, sans aller jusqu’à s’inviter dans les outils bureautiques (à la Jive, en venant afficher les conversations du RSE dans l’outil bureautique), permet néanmoins dorénavant d’ouvrir un document depuis Seemy directement dans son outil bureautique préféré, ce qui le réserve et le « verrouille ». Après modification, le document est directement enregistré dans Seemy depuis l’outil bureautique.

A noter que Seemy est aujourd’hui un des seuls à proposer l’intégration avec Open Office !

Une première étape bienvenue, qui en appelle surement d’autres…

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *