Saas contre Logiciel, une question de délais de mise sur le marché

On oppose souvent le mode de distribution Saas à celui de l’édition sur des questions de couts, de qualité de service, de richesse fonctionnelle. Pourtant leur différence se situe et s’explique surtout par l’écart important dans les délais de mise à disposition aux utilisateurs.


Dans les domaines où des nouveautés sortent tous les trimestres, un produit est très vite obsolète.

Le mode de distribution Saas permettant de réduire au maximum le délai de mise à disposition sur le marché, les utilisateurs peuvent en profiter immédiatement ; contre plusieurs années dans l’entreprise si on tient compte de leurs cycles de renouvellement des applications. Les éditeurs traditionnels ont eux un véritable chemin de croix à suivre avant de répondre aux attentes des utilisateurs : convaincre la DSI, intégrer la solution et enfin déployer.

Les éditeurs Saas ont acquis une capacité à développer très rapidement de nouveaux services, privilégiant des cycles courts et des petites améliorations. Quand IBM sort une nouvelle version de sa suite collaborative, Zoho ou Google en sortent presque une dizaine… Il faut reconnaitre que les services en ligne sont d’abord diffusés sous le sceau de la « beta » ; ce qui les dispense de toute obligation de qualité de service « contractuelle » mais leur permet de bénéficier de retours d’utilisation pour finaliser leur service. Le service prêt, l’éditeur Saas, propose alors une offre de service (souvent payante) intégrant des garanties sur la qualité de service. Cette démarche lui permet de mettre sur le marché des services novateurs, rapidement, de tester leur succès et de les fiabiliser.

L’attrait du Saas est du à ses délais réduit de mise sur le marché :

  • Ce décalage de phase, permettant de disposer plus rapidement des dernières améliorations, explique l’écart fonctionnel entre les Logiciels et les solutions distribuées en Saas.
  • L’absence d’intégration (associé à cette à mise à disposition plus directe) conduit également à une baisse des couts globaux, qui profitent aux utilisateurs.
  • Quant à la qualité de service elle s’avère également bénéficier d’un débuggage continue ; il n’y a plus à attendre le passage du patch…

En proposant une licence locative pour les grands comptes (comme l’OSL (Open Software Licence) de Microsoft), les éditeurs permettent aux entreprises de faire évoluer les versions de leur solution progressivement, sans surcout de licence associé à la montée de version. Ce nouveau mode de licence (conservant une distribution traditionnelle) contribue à raccourcir le délai de mise à disposition des solutions aux utilisateurs.

Saas : Software as a service. Mode de distribution des logiciels via Internet sans nécessiter d’installation sur le poste de travail. Le paiement s’effectue en fonction de l’usage.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] du Saas. Les entreprises bénéficient d’une offre généralement novatrice (liée à des délais de mise sur le marché plus courts), qui se déploie rapidement et sans investissement initial . Les freins étant levés, les […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *