TEAMTOWN – Trop d’outils collaboratifs ? Ne choisissez plus, connectez les tous !

Nous avons rencontré Gad Benisty, CEO et Co-Fondateur de la jeune société Teamtown. L’aventure de la start-up commence en février 2011, lorsque Thierry Breton, CEO d’Atos Origin annonçait le « zéro email » dans sa société.  Challenger l’email par le collaboratif n’est pas une tâche facile, Teamtown a trouvé une solution par le méta-collaboratif.

 

L’idée: La méta collaboration

Le concept Teamtown est né de l’idée d’interconnecter des plateformes collaboratives. Pour bien situer le sujet, illustrons le concept par un exemple. Soit un groupe « Color » composé de trois sociétés « Blue », « Red » et « Green » qui utilisent chacune une plateforme collaborative différente (cloud ou non). Le groupe décide de renforcer la collaboration entre ses sociétés en imposant une plateforme commune. Mais il rencontre une difficulté. Laquelle choisir ? Que ce soit Blue, Red ou Green, aucunes des sociétés ne veut quitter sa plateforme au profit d’une autre. Les employés ont déjà pris du temps à les adopter, le changement provoquerait une perte de productivité importante et il est probable que la plateforme retenue ne réponde pas aux attentes de tous. Teamtown propose alors sa solution pour interconnecter les trois plateformes. Ainsi Blue, Red et Green peuvent conserver leurs habitudes tout en collaborant les unes avec les autres.

Une solution innovante et simple pour répondre à un besoin concret

De nombreuses sociétés comme ShareGate, AvePoint, proposent des solutions de migration ou d’intégration de plateformes collaboratives. La véritable innovation proposée par Teamtown consiste à créer des canaux de synchronisation inter-outils. Ici, pas de plateforme centrale, l’utilisateur reste sur la solution qu’il connaît. Les connections sont invisibles à ses yeux. Teamtown synchronise directement sur la plateforme de l’utilisateur les contenus partagés par ses pairs, sans que ce dernier n’ait besoin d’aller se connecter sur une autre plateforme. La start-up se démarque aussi pour ce qui est de la sécurité. Teamtown entretient une référence solide dans le domaine de la défense où le niveau de confidentialité est très important. La société met donc un fort accent sur cet aspect.


Sur le papier ok, mais comment ça marche ?

Côté utilisateur le fonctionnement ressemble à celui d’une DropBox intégrée. Sur chaque plateforme, une zone (librairie, dossier) est allouée au partage Teamtown. Tous les documents placés dans cette zone sont alors synchronisés avec les zones partagées des autres plateformes. Pour partager une zone initialement privée avec l’extérieur, il suffit d’ouvrir un canal de transfert en envoyant une requête à l’autre équipe. Des métadonnées peuvent être ajoutées, comme le nom du créateur du document par exemple. Voici une vidéo explicative qui vous donnera une bonne idée du fonctionnement et du rendu, le but étant que l’ergonomie reste la plus inchangée possible pour ne pas casser les habitudes.

Côté Teamtown, sans rentrer dans des explications trop complexes, des drivers sont installés sur les plateformes pour gérer l’interface. Les informations sont échangées par API vers un hub sécurisé qui synchronise les partages entre les différentes plateformes.

 

Synchroniser DropBox et GoogleDrive depuis votre mobile, c’est bientôt possible !

La sortie d’une app Teamtown mobile est prévue d’ici deux mois. Tout d’abord, elle permettra de synchroniser ses documents DropBox, GoogleDrive et SkyDrive. Un utilisateur pourra envoyer directement depuis son compte DropBox un document à son GoogleDrive. Puis, elle permettra aux sociétés connectées au Hub Teamtown d’interagir avec tout utilisateur externe. Comme nous l’a bien précisé Gad Benisty, le but n’est pas de concurrencer les géants du stockage Cloud mais d’y apporter une nouvelle fonction: l’interopérabilité.

 

Perspectives & Limites

Aujourd’hui l’outil est compatible avec une quinzaine de plateformes (Sharepoint, O365, Exo, Alfresco…) et permet la synchronisation des bibliothèques documentaires et des listes (avec gestion des versions et de la suppression). Mais  Teamtown ne veut pas s’arrêter la. La société étudie l’opportunité de s’attaquer au domaine des RSE moins axés GED en synchronisant de nouveaux usages. Ainsi, Jive, IBM connection, Bluekiwi devraient venir compléter la liste horizon 2015. A terme, l’objectif de Teamtown est de proposer une interopérabilité avancée entre toutes les plateformes collaboratives majeures du marché. La société risque néanmoins de se heurter à certaines difficultés. La manipulation des API peut présenter un caractère assez asynchrone. La synchronisation d’usages comme la Co-édition de documents n’est donc pas pour tout de suite. De plus, l’accroissement du nombres de plateformes compatibles et leur évolution constante va engendrer des mises à jour très fréquentes. A terme Teamtown souhaiterait que sa solution devienne un standard de communication et du web. Teamtown fait ici le pari de taille que la communauté prendra à sa charge ce nouveau standard et que les éditeurs intégreront la fonction dans leurs solutions.

 

2 réponses

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] & Security | Cloud Computing Outils collaboratifs en mode SaaS Draft. Write Better. TEAMTOWN – Trop d’outils collaboratifs ? Ne choisissez plus, connectez les tous ! Nous avons rencontré Gad Benisty, CEO et Co-Fondateur de la jeune société Teamtown. […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *