[Semaine européenne de l’opendata] Retour sur l’atelier Mener son projet opendata de Lecko

Le 23 mai dernier, Lecko a animé un atelier au Centre de Communication de l’Ouest lors de la semaine européenne de l’opendata. Cet atelier mené par Nicolas GOIN, Arthur COUSSY, et moi-même, était intitulé « Mener son projet open data ». Il visait à donner aux participants des clefs de réflexion d’un projet d’ouverture des données publiques.

Le principe de l’atelier

Misant sur l’interactivité et le partage des connaissances, nous avons souhaité créer un atelier vivant avec la vingtaine de participants présents. Le principe était simple, nous avons formé trois groupes représentant chacun une collectivité fictive : un conseil général, une communauté d’agglomération et une ville. Afin de pimenter l’atelier, chacun des groupes disposait d’une fiche de contexte renseignant des informations diverses mais structurantes : les objectifs principaux du mandat en cours ; la sensibilité des élus et des directions métiers au sujet de l’open data ; la présence sur le territoire d’entreprises numériques et d’établissements académiques.

L’objectif attenant était clair : un projet open data doit s’inscrire dans une politique publique et une stratégie numérique globale.

Chacun des groupes a ensuite été mis à contribution pour répondre à des « cartes événement » au cours des différentes phases d’un projet d’ouverture des données publiques : la phase de cadrage, la phase de réalisation et la phase d’exploitation.

Des participants hétérogènes

A chaque « carte événement » proposée à l’une des collectivités fictives, celle-ci devait élaborer et présenter son plan d’actions pour y répondre. Cette étape de réflexion et d’argumentation fut le moment idéal pour s’appuyer sur l’expérience de chacun ; chaque groupe ayant été composé de profils différents.

Même si les aléas de l’atelier n’ont pas permis de respecter totalement la configuration prévue, nous avons pu nous appuyer sur : des experts de l’opendata ; des agents du service public ; des journalistes ;  des associatifs ; des chercheurs ; des étudiants stagiaires aussi bien en collectivités qu’en SSII ; un entrepreneur et de simples citoyens néophytes !

La richesse des échanges a été rendue possible grâce à ce mélange d’acteurs aux profils et attentes variés. Ceci confirme l’un de notre leitmotiv : un projet open data doit s’inscrire, dès le début, avec la société civile du territoire concerné.

Un atelier pragmatique

Les « cartes événement » qui lançaient ces échanges pointaient toutes des problématiques pouvant se poser à un chef de projet open data. En effet, ces cas concrets se voulaient le reflet des enjeux d’un tel projet et mettaient en exergue les questions à se poser aux différentes étapes de la démarche.

Les participants ont donc dû s’organiser pour notamment :

  • établir une méthode de recueil des jeux de données ;
  • évaluer la pertinence de mettre en place ou non des critères de priorisation des jeux de données à libérer ;
  • argumenter devant leurs supérieurs sur l’utilité de la démarche ;
  • faire face à la critique de collectifs de citoyens ;
  • etc.

 

Ce travail a ainsi permis de mettre en avant une autre conviction de LECKO : un projet open data est un projet comme un autre, nécessitant de définir des objectifs en lien avec une stratégie plus globale, de cadrer le périmètre, de se fixer des moyens et d’assurer une conduite de projet rigoureuse dans toutes les phases du projet.

Conclusion

Cette première semaine européenne de l’open data fut un excellent moyen de traiter un sujet en devenir en France. Nous sommes donc très fiers d’y avoir participé et remercions aussi bien les organisateurs, que les participants pour leurs retours positifs !

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *