« Mashups » et applications composites : définitions et perspectives

Le concept de mashup est aujourd’hui l’une des grandes tendances du web 2.0. Mais, comme bien souvent lorsqu’un nouveau terme apparaît, les définitions divergent. « Web 2.0 » avait déjà fait couler beaucoup d’encre : « Invention marketing, révolution technologique, nouvelle réalité économique ? ». Le terme « mashup », même s’il est moins sujet à débat, est également utilisé de manière ambiguë, ce qui peut amener à une certaine confusion quant à la véritable valeur ajoutée qui peut se cacher derrière pour les professionnels.

Typologie des applications composites

On traduit souvent « mashup » par « application composite », ce qui ne simplifie pas le problème. En effet, une application composite est, au sens large, une application qui utilise des contenus ou des services provenant de différentes sources. On peut ainsi distinguer, par ordre croissant d’importance de l’aspect composite dans la philosophie de l’outil :

(1) de simples sites utilisant des flux RSS
(2) des sites utilisant des services extérieurs pour des fonctions ponctuelles, tels que le paiement en ligne via Paypal
(3) des portails tels que Yahoo!, dont la philosophie est d’agréger des contenus extérieurs pour les proposer sous forme d’un annuaire thématique à ses visiteurs
(4) des portails permettant d’accéder à une offre de services extérieurs
(5) des portails permettant également de croiser les données et fonctionnalités des services proposés entre eux
(6) des applications qui utilisent, via des API (bien souvent des Open API, dont le code est mis gratuitement à disposition), des services ou contenus existants et les croisent pour former ainsi une nouvelle application hybride. Le terme mashup désigne à l’origine ce type d’application.

null

Typologie des sites composites

Les mashups : un concept issu des particuliers…

La simplicité d’usage des Open API a ainsi permis à des développeurs indépendants de créer, sans but lucratif, une multitude de mashups. Le site de référence Programmable Web en dénombre plus de 2 500 et l’on y compte en moyenne plus de 3 nouvelles applications par jour. L’API la plus utilisée par ces mashups est celle de Google Maps. En effet, plus de 1000 mashups utilisent cet outil de géolocalisation pour proposer par exemple aux internautes de localiser les dernières dépêches d’information ou de consulter une carte référençant les appartements à louer et indiquant le prix moyen de l’immobilier dans un quartier.

null

Mashup permettant de localiser des annonces immobilières

Certains développeurs, munis de portables équipés de GPS se sont même amusés à créer des mashups permettant de les localiser à tout moment.

…repris par les industriels…

Même si la plupart de ces applications font figure de gadgets, elles révolutionnent la façon de concevoir les applications composites. Leur simplicité d’implémentation et le potentiel créatif qui est le leur ont amené de nombreux acteurs du web à s’intéresser au phénomène et à s’interroger sur les moyens d’en tirer profit. Ainsi, le terme mashup est employé par de nombreux grands acteurs du monde informatique (Google, Yahoo! ou Microsoft par exemple), mais également par des acteurs spécialisés qui proposent des offres pour la mise en place d’applications composites pour les professionnels (Kapow, ActiveGrid).

… pour un usage professionnel

Dans le monde de l’entreprise, on peut concevoir les applications composites comme des portails permettant d’accéder aux différents contenus et applications utiles à l’entreprise, c’est-à-dire des plates formes dont la philosophie est d’intégrer des webservices hébergés (catégories (4), (5) et (6) de la typologie présentée plus haut).

Pour l’instant, l’usage des mashups est essentiellement personnel, mais les fonctionnalités qu’elles offrent peuvent s’avérer économiquement intéressantes pour les entreprises. En effet, les qualités d’interopérabilité, de souplesse, de simplicité et d’accessibilité sont bien souvent citées comme étant les principales caractéristiques d’un SI performant. Les applications composites peuvent répondre à ces différents critères et ont donc potentiellement vocation à devenir une pièce maitresse des SI.

0 réponses

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *