La transparence identitaire est-elle une condition au développement de pratiques sociales ?

Partant du principe que la réussite d’une communauté se mesure à sa taille et à son activité, les entreprises sont tentées de réduire les barrières à l’entrée sans forcement avoir conscience des effets secondaires. Parmi ces écueils, il y a potentiellement celui de laisser sa communauté ouverte aux anonymes et de laisser les membres avancer à visage masqué. Car si elle devient plus accessible, son potentiel ‘social’ sera équivalent à celui d’un site sur lequel on ouvre les commentaires. Peut-on alors escompter à terme les effets « sociaux » promis par l’entreprise 2.0 ? Y a-t-il continuité ou rupture entre site traditionnel et espace communautaire ?Tout d’abord, voici comment je caractérise un site « social », maximisant les opportunités de mise en relation et centré sur la conversation :

Ne pas se tromper d’objectif
La réussite d’une communauté se mesure bien à l’atteinte des objectifs Business qui lui sont fixés. Pour les ambitieux, ces objectifs s’appuieront sur la mise en relation (social-networking), la force de la recommandation, la coproduction ou co-innovation (social-crm), l’association des savoirs et des experts (social-KM). Constituer une audience est loin d’être suffisant. Et Il n’y a pas de raison valable pour tout sacrifier à l’audience. « Fédérer » ne doit pas être l’objectif qui conduirait l’entreprise à développer des moyens pour attirer, mais le résultat du succès d’une communauté qui génère de la valeur par elle-même.

Qu’apporte la transparence identitaire ?
Le moteur du 2.0 est bien la conjugaison de l’échange et la mise en relation. La constitution d’une identité numérique est un point de départ. Elle peut reprendre son identité ou être une création sous couvert d’un pseudonyme. Un pseudonyme est une identité créée de toute pièce, sans histoire, et de fait : pauvre. Il lui faudra du temps et de l’activité pour se construire. En général, les pseudonymes sont juste des masques, et pas des identités virtuelles. Etre identifié permet d’apporter à ses propos le poids de son identité, même si on n’est pas obligé de tout dévoiler ; cela reste aussi une identité « construite ».
La transparence identitaire permet de savoir à qui on s’adresse, de s’intéresser aux autres, de se rendre compte qu’on les retrouve sur d’autres espaces en ligne comme dans des événements physiques. Elle crée un rapport aux autres qui permet de se positionner. Elle prépare l’implication nécessaire à la production du carburant de la communauté.
Le pseudonymat sur une communauté revient à la cloisonner. Dans un univers de plus en plus interconnecté, la connaissance de l’autre et les échanges s’établissent sur plusieurs espaces démultipliant ainsi le potentiel de chacune des communautés.

Accepter un trafic anonyme pourrait-il être une étape intermédiaire ?
Le dialogue peut également se développer dans des conditions d’anonymat. Certaines entreprises le démontrent en animant des plateformes d’échanges sur leur site (ex: http://mystarbucksidea.force.com/ ou http://vous-et-la-ratp.net). Leur objectif raisonnable vise à donner la parole à leur environnement, leur permettre de s’exprimer sur une thématique ou sur un produit. Il s’agit plus d’espaces de dialogue que d’espaces communautaires. Mais ils pourraient évoluer vers dans un 2nd temps (La RATP a ensuite créé http://www.lafabriqueratp.fr/).
Si l’espace de dialogue public est une première étape pour engager la conversation, exposer les membres à un trafic anonyme annihile toute implication personnelle et durable. On reste dans une situation participative très proche de celle du blog et dont on connait les limites. Proposer à ses membres de s’exprimer en leur permettant de connaitre leur audience, d’échanger avec elle et éventuellement de rentrer en contact est beaucoup plus stimulant. La participation est l’aboutissement d’un chemin d’intégration dans une communauté ; certains s’y sentent à l’aise rapidement, d’autres ont besoin d’observer.

A défaut de conditionner le développement de pratiques sociales, la transparence identitaire l’influence fortement. Si vous vous posez la question des règles de participation et de la mise en scène de votre espace d’échange, tenez compte de ses 3 principes dans votre réflexion :

  1. Initier un espace de dialogue exposé à un trafic anonyme permet de montrer une posture d’écoute, d’engager la conversation.
  2. Conditionner l’accès à la communauté à la constitution d’une identité crée des conditions plus favorables à l’implication. Cela devient un pré-requis pour développer un RS à part entière.
  3. Privilégier la transparence identitaire permet d’avoir des identités riches et créer des interconnexions avec d’autres réseaux, démultipliant le potentiel de chacun.

Ces principes seront à moduler en fonction de la préexistence ou non de la communauté avant son outillage.

Retrouver l’ensemble de la discussion sur le Référentiel USEO.

1 réponse

Trackbacks (rétroliens) & Pingbacks

  1. […] This post was mentioned on Twitter by David Pires, Arnaud Rayrole. Arnaud Rayrole said: [USEO] : La transparence identitaire est-elle une condition au développement de pratiques sociales ? http://bit.ly/d96ILX #RSE […]

Répondre

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *